Friends  Dominique Houcmant  

Dominique Houcmant

Dominique Houcmant ( aka Goldo )

Celui là aussi je l'aime bien... va t'en savoir pourquoi ?
Solide bucheron canadien, en apparence seulement, cet homme entier cache mal sa sensibilité derrière une convivialité appréciée de tous.
Le texte de Nicolas Ancion (ci-dessous) vous en dira plus et mieux que moi sur le "Goldo photographe".

From belgium with love - le blog
Clik et clak - le blog
Goldo photo - facebook

..." Chez Goldo, l’homme et l’appareil ne font qu’un. Si l’on voit le premier, c’est que le second n’est pas loin : autour du cou, au bout du bras, posé au coin du bar ou au bout de la table. Il faut cependant se méfier des apparences, on ne voit jamais vraiment Goldo, c’est lui qui voit tout en premier. Il a un don pour saisir l’image fragile avant même qu’elle n’apparaisse : la lumière qui se reflète sur un bras, l’ombre qui court le long d’un mur, un visage derrière un verre de bière, un oiseau clair sur le macadam sombre.
Goldo est un œil qui se déplace à pas feutré dans un monde qui court à toute vitesse. Sur ses clichés, le temps se fige. L’espace d’un sourire, d’un regard, d’un geste, les couleurs disparaissent, laissent place au noir et au blanc, au bras de fer sans cesse rejoué entre le clair et l’obscur. Et pourtant c’est bien notre univers d’excités qu’il immobilise : des soirées imbibées, des concerts, des usines et des bateaux, des comédiens, des filles attablées seules, des mains usées et des cigarettes consumées…
Goldo est un boulimique d’images. Il ne se contente pas de photographier, il publie ses photos sur Internet, les commente, les classe, y ajoute une bande-son, échange les liens et les commentaires, tisse un réseau d’images sur le réseau des réseaux.
Derrière cette frénésie et cette impression d’urgence, l’essentiel est intact : les images qui sortent de l’appareil de Dominique Houcmant donnent à voir le monde non pas comme il est mais comme il doit être au fond de l’œil de Goldo : sombre, troublant, saisi à fleur de peau et presque toujours émouvant. Un monde humain et touchant, fait de petits instants qui durent pour l’éternité. "...
Nicolas Ancion, écrivain (www.nicolasancion.com)


..."Dominique Houcmant est né le 1er mars 1962 à l’hôpital Sainte Rosalie à Liège. Il est le dernier d’une famille de 5 garçons, Jean-Paul, Henri, Pierre (artiste-photographe de grande renommée), Philippe et ... Dominique.
Henri, le père, était professeur de photographie (techniques spéciales) à l’institut Saint-Luc de Liège - il fallait voir son kotch avec sa vieille presse offset avant d’aller voir les autres merveilles du monde. Alice, sa maman, était infirmière à domicile, ce qui permit au petit Dominique, qui aimait l’accompagner en tournée chez les vieilles dames en demande de piqûres, de manger beaucoup de gauffres, de tartes et autres pennys.
A l’école ses notes étaient souvent accompagnées de « si il le voulait, si il s’amusait moins, si il bavardait moins ... Dominique pourrait mieux faire ». Heureusement ses notes en religion étaient exemplaires, faut-il le rappeler, Dominique fut durant de longues années acolyte à l’église Saint-Leger à Tilff, où il pris en cachette avec quelques autres camarades ses premières leçons d’œnologie et où il toucha ses premiers salaires, car il était souvent réquisitionné pendant les heures de classe pour aller servir aux enterrements (en général de 20 à 50 francs)...
Ok, © Dominique Houcmant | Goldo, c’est déjà bon ;) "...
Dominique Houcmant le 11/11/2012"...



photo: © Dominique Houcmant